Menu Fermer

Effets secondaires / contre-indications

La rTMS est délivrée directement au réseau de neurones «malades», contrairement à un traitement pharmacologique, par exemple, qui agira non seulement sur la maladie, mais possiblement aussi sur d’autres fonctions (rénale, hormonale, cardio-vasculaire). Cela explique le nombre relativement restreint d’effets secondaires de la rTMS par rapport à d’autres traitements, et en fait une méthode bien tolérée par les patients.

Les effets secondaires les plus souvent rapportés sont:

  • Maux de tête de faible intensité dans 10 à 20% des cas. Ces douleurs disparaissent à l’aide de médicaments antalgiques légers comme le paracétamol. Elles diminuent généralement aussi au cours des séances. Pensez à bien vous hydrater avant et après la séance.
  • Légère somnolence et/ou fatigue après les séances. (prévoir au moins 15 minutes avant de reprendre le volant)
  • Nuisances sonores (votre médecin vous fournira des bouchons d’oreille si nécessaire).
  • Crises convulsives (de 0.01% à  0.1%  des patients – ce qui est inférieur aux taux de 0.1 à 0.6 % des anti-dépresseurs.)

 Du fait de l’application des champs magnétiques sur le cerveau, certaines contre-indications existent:

  • La seule contre-indication absolue de la stimulation magnétique est la présence d’un implant cochléaire. Le matériel ferromagnétique ou des dispositifs implantés (par exemple shunts, clips, éclats de balle ou systèmes de DBS – Deep Brain Stimulation ) proches de la bobine (moins de 10 cm) présentent aussi une contre-indication en raison du risque de déplacement, d’échauffement ou de dysfonctionnement. Si ce matériel est compatible avec l’IRM, il le sera aussi pour la rTMS. Actuellement, nombre d’implants ne sont plus ferromagnétiques.
  • Contre-indications relatives (traitement possible sous certaines conditions; parlez-en avec votre médecin):
  • Pace-Maker et pompes implantés, en particulier s’ils ont une fonction de sensing, comme les défibrillateurs,
  • grossesse – aucune étude de sécurité n’a encore été réalisée sur les femmes enceintes,
  • enfants de moins de 18 ans,
  • troubles auditifs,
  • antécédent de traumatisme crânien avec perte de connaissance,
  • antécédents personnels d’épilepsie (non traitée ou mal équilibrée),
  • lésion cérébrale focale, quelle qu’en soit l’origine (vasculaire, traumatique, tumorale ou infectieuse),
  • administration ou sevrage de médicaments ou de substances influençant le seuil épileptogène, privation de sommeil, jet lag. Un abus d’alcool ou de drogues peu avant le traitement influencent aussi le risque épileptogène et doivent être signalés.

 Afin de limiter les effets secondaires et d’éviter les complications décrites précédemment, le médecin qui administrera la rTMS suivra scrupuleusement toutes les consignes de sécurité dictées par la Fédération Internationale de Neurophysiologie Clinique.

Veillez à maintenir tout dispositif électromagnétique à plus de 10 cm de la bobine (téléphones portables, cartes de crédit, etc.), sous peine d’endommagement.