Ophtalmologie

Votre Ophtalmologue à Genève

Cliquez ici pour voir un médecin Ophtalmologue de notre équipe

 

L’œil est un organe sensoriel des plus précieux. Différentes maladies peuvent cependant nuire à son fonctionnement. Nous agissons sur le plan de la prévention, du diagnostic et du traitement de ces maladies. Il est souvent nécessaire de bien surveiller le cours d’une maladie afin d’intervenir au bon moment. Sous cette rubrique du site de l’Institut nous mettons à votre disposition de l’information utile et concise sur les différents traitements des troubles qui touchent l’œil.

Paupières:

On connaît bien le rôle des paupières quant à leur protection contre la lumière forte, comme le soleil, et contre des particules, comme la poussière. Elles permettent aussi d’étendre les larmes uniformément sur la surface de l’œil, de faire un échange de larmes et d’y évacuer les débris. Comme tout membre mobile, l’action des paupières est possible grâce à un nerf contrôlant un muscle. Certaines paupières sont tombantes soit parce que le muscle est faible, soit parce qu’un surplus de peau, de muscle ou de graisse produit un repli. Le bord libre des paupières avec cils peut également être mal positionné, c’est-à-dire trop vers l’extérieur ou l’intérieur, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur la santé de l’œil.

La cornée:

La cornée est la partie transparente placée au centre, en avant de l’œil. Elle est de forme circulaire et est en continuité avec le blanc de l’œil. À travers la cornée, on peut voir la couleur de l’œil, c’est-à-dire l’iris. Afin de garder sa transparence, la cornée ne possède aucun vaisseau sanguin et une pompe assure son humidité interne relative (un peu comme une éponge sèche). Les cellules de la cornée reçoivent l’oxygène et les nutriments par deux liquides différents, c’est-à-dire les larmes à l’extérieur et l’humeur aqueuse à l’intérieur. Étant donné que bactéries et virus se heurtent à peu de résistance, la cornée est donc fragile. Il existe de nombreuses maladies de la cornée. Celle-ci peut être attaquée par un virus, comme l’herpès cornéen ou le zona, ou par des bactéries.

L’inflammation de la cornée sans infection s’appelle la kératite. La cause la plus fréquente de kératite est le plus souvent traumatique (coup, éraflure, brûlure chimique, flash de soudure, etc.) Les lentilles cornéennes peuvent aussi parfois causer des kératites inflammatoires ou infectieuses. La cornée peut aussi présenter une atteinte plus profonde et localisée, comme dans le cas de l’ulcère cornéen. Cet état nécessite un traitement agressif d’antibiotique en gouttes avec des suivis rapprochés, surtout au début, afin de suivre la guérison. Les dystrophies cornéennes sont des anomalies héréditaires rares pouvant compromettre l’intégrité de différentes couches de la cornée. Certaines dystrophies diminuent la vision, tandis que d’autres sont parfois asymptomatiques. Les plus communes comprennent la dystrophie de Fuch, le kératocône et la dystrophie de la membrane basale de l’épithélium (dystrophie de Cogan).

La sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire est un trouble très fréquent et répandu. C’est une anomalie qui semble simple, mais qui peut avoir des répercussions importantes sur le confort visuel d’un patient. Les causes de la sécheresse oculaire sont extrêmement nombreuses.

En voici quelques-unes :

environnement sec, ventilé, etc.; réduction de la fréquence de clignements (travail à l’ordinateur, lecture); diminution de la production de larmes; mauvaise qualité des larmes. La diminution de production de larmes peut être causée par l’âge, les changements hormonaux, la prise de médicaments, la chirurgie réfractive (LASIK), les maladies inflammatoires chroniques (p. ex., Sjögren, polyarthrite rhumatoïde, etc.).

La mauvaise qualité des larmes est la plupart du temps engendrée par un dysfonctionnement des glandes de Meibomius en présence d’une blépharite (inflammation des paupières). L’ouverture de ces glandes est située au bord des paupières et sécrète une huile (meibum) qui protège l’évaporation des larmes. Lorsque la sécrétion de meibum est altérée, la constitution des larmes est compromise.

Le traitement des yeux secs commence habituellement par l’instillation de larmes artificielles à une fréquence de quatre fois par jour. Le traitement de la blépharite est aussi important. Il consiste en des compresses chaudes et des massages au niveau des paupières. Ce traitement est expliqué plus en détail à la rubrique blépharite. Si les symptômes de brûlure, d’irritation, de sensation de sable et autres ne se règlent pas avec ce traitement, des gouttes oculaires médicamentées peuvent être prescrites et la fréquence et le type de larmes artificielles peuvent varier.

Réfraction:

Outre son rôle de protection de l’œil, la cornée joue un rôle important dans la réfraction de la lumière. La cornée est l’une des parties de l’œil avec le cristallin qui permet de faire converger les rayons lumineux sur la rétine. Une cornée trop cambrée peut ainsi causer la myopie et à l’inverse une cornée trop plate peut provoquer l’hypermétropie. Lorsque la cornée n’est pas parfaitement sphérique, cela entraîne l’astigmatisme. C’est la première structure que la lumière frappe avant d’atteindre la rétine. Afin que la réfraction se fasse correctement, il faut que la cornée soit claire et lisse.

La cataracte

La cataracte consiste en une opacification de la lentille naturelle de l’œil, appelée le cristallin. Le cristallin est situé à l’intérieur de l’œil, derrière l’iris, partie colorée qui forme la pupille. Le schéma de l’œil le montre bien. Plusieurs facteurs, dont l’âge, l’hérédité, la prise de certains médicaments et l’environnement, contribuent au développement des cataractes. Avec le temps, le cristallin devient givré, jaunâtre et brumeux. La lumière passant par cette lentille est donc altérée et diminuée par la cataracte. L’extraction de la cataracte est une intervention chirurgicale intraoculaire qui permet de traiter de façon permanente cette condition.

La rétine

La rétine est constituée d’une multicouche de cellules nerveuses qui tapissent le fond de l’œil. Ces cellules sont responsables de la transformation du signal lumineux en signal électrique et de l’acheminement de ce signal vers les zones visuelles du cerveau pour être interprété. Il s’agit d’une structure très active de l’œil qui a besoin d’un métabolisme efficace et d’une vascularisation adéquate. Plusieurs conditions peuvent compromettre l’intégrité de la rétine.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et la rétinopathie diabétique (RD) en sont des exemples. L’ensemble des traitements pour la rétine vise principalement la stabilisation de la condition afin d’éviter des dommages ultérieurs. L’utilisation d’appareils d’imagerie, tels que le tomographe à cohérence optique (TCO), est d’une utilité précieuse, car ils permettent de suivre avec précision la progression d’une maladie de la rétine.

Nos coordonnées

Institut médical de Champel
1-2 rue Firmin Massot
1206 Genève
Téléphone : 022 347 29 30

Prendre rendez-vous

Vous pouvez nous poser vos questions ou prendre un rendez-vous en suivant le lien ci-dessous