E-cigarette : que change-t-elle ?

Une étude menée par des chercheurs de l’University of East London a révélé que chez 9 fumeurs sur 10, l’e-cigarette est efficace pour réduire l’envie de fumer.

Vapoter, puis passer à la cigarette traditionnelle

D’après d’autres observateurs, donner une image positive de la cigarette électronique pousserait les plus jeunes à en consommer. D’une part, voir vapoter partout risque de normaliser l’usage de la cigarette traditionnelle. D’autre part, les jeunes non-fumeurs se mettent petit à petit à vapoter. Aujourd’hui, les adolescents s’exposent au risque de devenir accro à la nicotine ou de passer du
vapotage à la vraie cigarette.

Par ailleurs, les experts de l’OFT affirment bel et bien la présence du risque de dépendance à la nicotine. La forme de l’e-cigarette ainsi que la gestuelle associée peuvent contribuer à entretenir la dépendance. En outre, le niveau de satisfaction équivalent à celui qu’apporte le tabac ou la présence du « throat hit » encourage la réalisation de ce scénario.

Les poisons du tabac

Face aux sceptiques, certains médecins se positionnent en faveur de l’e-cigarette. Ils affirment que cette dernière est nettement moins dangereuse que la cigarette traditionnelle. Les particules fines qui aboutissent à des bronchites chroniques, les goudrons cancérigènes et le monoxyde de carbone, responsable d’attaques cérébrales et d’infarctus du myocarde, sont les principaux poisons du tabac. Or, ils n’ont pas été trouvés dans la version électronique. Pour près d’un tiers des fumeurs, la cigarette électronique suffit pour arrêter le tabac. Pour d’autres, il faut mixer avec des patchs, tandis que pour d’autres encore, le processus est plus long.

Classé dans
avatar

Médecin Genève

1-2 rue Firmin Massot 1206 Genève
Téléphone : 022 347 29 30

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.