Désensibilisation aux allergies : quels résultats en attendre ?

Elle constitue la seule voie thérapeutique pour venir à bout de ces dérèglements du système immunitaire. Zoom sur les modalités d’une technique qui fait ses preuves.

Entre 25 et 30 % des Suisses sont concernés par l’allergie. Mais cette maladie, qui se traduit par une grande diversité de réactions, des plus bénignes, tels que les rhinites, les éternuements ou les éruptions cutanées, aux plus dramatiques, comme l’œdème de Quincke ou le choc anaphylactique, n’est pas une fatalité. À côté des médicaments antihistaminiques, corticoïdes, décongestionnants ou bronchodilatateurs, qui se contentent de juguler les symptômes qu’elle provoque, il existe également des protocoles de désensibilisation permettant, quand ils fonctionnent, de supprimer l’allergie, ou tout du moins de l’atténuer.

Habituer l’organisme

Ces traitements consistent à administrer au long cours, généralement pendant trois à cinq ans, des doses croissantes de l’allergène en cause, pour que le corps l’« apprivoise ». Ils prennent des formes différentes selon ce dont on souffre : des injections sous-cutanées, ou la prise de gouttes ou de comprimés à laisser agir sous la langue sont proposées pour les allergies respiratoires – type pollens ou acariens –, alors que la voie sous-cutanée est également la norme pour les allergies aux piqûres d’hyménoptères (guêpes et abeilles).

Les résultats varient selon le type d’allergie : le traitement est efficace pour les deux tiers des malades en ce qui concerne les injections et pour 90 % de ceux prenant les gouttes et comprimés.

Classé dans
avatar

Médecin Genève

1-2 rue Firmin Massot 1206 Genève
Téléphone : 022 347 29 30

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.